Actualités


Le virus, le mal pour tous et le bien commun

"Il n’est pas plus emblématique du concept de village mondial qu’une pandémie.
Les germes se jouent des frontières et des nationalités, la terre est alors leur terrain de jeu. Grippe espagnole en 1918-1920, Sars-CoV-2 en 2020. Lorsque se manifeste une pareille menace, revient à l’esprit de tous le prix accordé à la santé. « Bonne année, bonne santé » se souhaite-t-on au Nouvel An, ajoutant souvent, pour enfoncer le clou : « D’abord, la santé ! » Le bien suprême !! Or, lorsque l’épidémie sévit, la santé est un bien commun , elle en est le plus essentiel. 


Pourtant, sa défense et promotion est loin d’être une semblable priorité de l’utilisation de la richesse des nations. Bien souvent, la fonction poursuivie de l’accumulation des biens est d’en accumuler plus encore, le cas échéant au détriment des efforts consentis dans le domaine de la santé. L’arrière-pensée de certains est que le bien commun n’étant que la somme des intérêts individuels, l’injonction de Guizot « enrichissez-vous ! » le garantit ! Et bien non, le virus démontre l’absurdité de cette illusion. Après la pandémie de 2020, tous les habitants du monde devraient imposer aux politiques de développement qu’elles ne sont jamais leur propre fin, qu’elles sont absurdes si on ne leur fixe pas l’objectif explicite de servir aussi le bien commun. Au premier rang desquels, la défense et la promotion de la santé."

p-2-1-6-trombi34_3019_216_1AXEL KAHN

GRAND BIVOUAC 2019

Médecin, généticien, chercheur, lui et ses équipes multiplient les avancées en génétique moléculaire. Expert international, vulgarisateur hors pair, ses réflexions et prises de position sur les questions éthiques du temps présent font mouche auprès du grand public.

En avril, ne te découvre pas d'un fil

test
En avril, le Grand Bivouac a souvent coutume de se découvrir. Traditionnellement, c’est à cette période que nous vous dévoilons le thème du festival. C’est toujours un premier pas important. Ces dernières années, nous guettions alors vos premiers retours et réactions, non sans un peu d'inquiétude et quelques ongles rongés. Pour cette année, on va suivre les prescriptions à la lettre et rester bien couvert, encore un peu. Vous ne nous en voudrez pas, évidemment de continuer à couver le thème et la programmation. Il sera grand temps de tomber les masques un peu plus tard.

L’équipe -qui est en forme- continue de préparer cette 19ème édition dans l’espoir de nous retrouver en octobre, de partager nos solidarités et nos sourires, et plus seulement virtuellement. Pour le coup, on ne vous cache pas que nous avons le temps de découvrir encore davantage de films que d’habitude. Notre envie de vous les faire partager, de vous surprendre et de vous séduire est intacte. Nous vous donnerons des nouvelles, bien sûr.

Mais aujourd’hui, nos pensées, nos encouragements et nos espoirs ne sont pour l’heure pas encore vraiment tournées vers l’automne. En premier lieu, nous vous les adressons à vous, soignants des milieux hospitaliers, EPHAD et bien au-delà. À notre invitation, Axel Kahn, grand invité de l’édition 2019 a accepté de vous livrer quelques réflexions qui vous iront droit au coeur. En second lieu, nous adressons un message de soutien fort à tous les évènements, cinématographiques, culturels, artistiques (…) contraints d’annuler leur rencontre avec le public prévus ce printemps, leur survie est en péril.
Enfin, à toutes les agences et destinations qui chaque année, vous retrouvent à l’occasion du Salon du Voyage. S'il n'est pas l’heure d’envisager concrètement ses prochaines escapades, il est certainement le moment de réfléchir à ses pratiques voyageuses. Pour cela, ces professionnels et acteurs du tourisme -durement touchés par la crise dès janvier- sont, eux aussi, en première ligne pour réinventer nos usages de voyage à venir. Ils sont à votre écoute.


Promis, on vous donne des nouvelles très bientôt.
D’ici là, prenez soin de vous… et des autres 


L’équipe du Grand Bivouac