SOIRÉE - « TERRE HUMAINE » : HOMMAGE AUX INVISIBLES

SOIRÉE - « TERRE HUMAINE » : HOMMAGE AUX INVISIBLES

"Reflets du Monde" - En salle | Des vies d’hommes et de femmes d’ici et d’ailleurs, où l’ordinaire est toujours exceptionnel, filmées par de grands réalisateurs internationaux. Pour mieux comprendre le monde d’aujourd’hui.
RÉALISATRICE : Kim O’Bomsawin • IMAGE : Hugo Gendron, Michel Valiquette • SON/MUSIQUE : Lynne Trépanier • MONTAGE : Alexandre Lachance • PRODUCTION : Terre Innue

Son créateur – Jean Malaurie, le plus grand des explorateurs français, accueilli au Grand Bivouac en 2011 – dit de cette collection riche aujourd’hui de plus de cent ouvrages : « Elle porte le témoignage des invisibles ». Inuits, Touareg, Sioux... ou Badjo d’Indonésie : en mêlant depuis plus de 60 ans leurs voix et leurs mots aux plus grands universitaires et écrivains, Terre Humaine raconte inlassablement la condition humaine « dans un combat sans complaisance en faveur des minorités, de ceux dont la voix est inaudible, afin que soient entendues par tous, les différences, l’injustice de la misère et la révolte qu’elle suscite ».

Le Grand Bivouac a choisi de consacrer à Terre Humaine cette grande soirée en présence de Philippe Charlier, nouveau directeur de la collection, archéo-anthropologue et directeur du département de la recherche et de l'enseignement au musée du Quai Branly – Jacques-Chirac, entouré de plusieurs auteurs de la collection, Sylvie Lasserre (Le ciel et la marmite), Olivier Weber (Au royaume de la lumière), et de Joséphine Bacon, poétesse et réalisatrice innue.

Projection du film Je m'appelle humain

« Je me suis faite belle pour qu’on remarque la moëlle de mes os, survivante d’un récit qu’on ne raconte pas ». Poétesse ? Elle ne sait pas vraiment. Mais dire des mots simples, oui, par lesquels « les gens trouvent leur poésie», leur langue et leur âme d’Innus, à travers lacs et toundra, sur la trace du caribou. Plutôt que s’attarder sur ses quinze ans de pensionnat où jeune fille elle dut apprendre à être « absente de l’enseignement de (son) identité », Joséphine Bacon, 74 ans désormais, auteure phare du Québec, préfère se tourner vers l’horizon et ranimer le récit des anciens. Innu veut dire « humain ». Tout simplement.

Plébiscité par le Grand Bivouac 2021, un film admirable. La découverte d’un « pays » – une pensée pour Gilles Vigneault –, d’un peuple et d’une poétesse aussi solaire que modeste. A ne pas manquer.

Réalisé par : Kim O'BOMSAWIN

On a aimé ! On vous dit pourquoi.
 Bande d'annonce

Josephine BACON,
Poétesse
Olivier WEBER,
Écrivain, reporter de guerre et réalisateur
Philippe CHARLIER,
Médecin légiste, anthropologue, archéologue
Sylvie LASSERRE,
Auteure, photographe
Je m'appelle humain - Affiche Je m'appelle humain - photo 1 Je m'appelle humain - photo 2 Je m_appelle humain - photo 4 Je m'appelle humain - photo 4

HORAIRES /// SÉANCES

Séance 1 [Réf. S919-1]

Date : samedi 23 octobre 2021 à 20:30 / Durée : 02h00
Lieu : Théâtre de Maistre, 4 route de Pallud, Albertville / Salle : Théâtre de Maistre
- Information(s) complémentaire(s) : En cas de séance complète, des places pourront être mises en vente ultérieurement. Sous réserve de modifications administratives sur le plan sanitaire, nous vous rappelons que pour accéder aux salles sans contrôle du pass sanitaire, nous vous remercions de passer à l'espace accueil avant votre première séance. Plus de détails en rubrique "accueil pass sanitaire" : https://www.grandbivouac.com/covid-et-pass-sanitaire.html

⤷ « Adhésion 2021 "Association pour le Grand Bivouac" »
Adhérent : popup
Soirée Projection : 162 restantes
S19 Plein Tarif 14,00 € Réserver
S19 Tarif Réduit 12,00 € Réserver
S19 Tarif Jeune Spécial 20 ans 7,00 € Réserver

PARTAGEZ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX